Drive Paysan sur Valence

Drive Paysan sur Valence

Mars 2020

Des agriculteurs se sont organisés rapidement pour continuer à vendre leurs produits depuis l’annonce de la fermeture des marchés de Valence.

C’est important pour les consommateurs mais aussi pour ces petites fermes dont l’équilibre économique est parfois fragile.

Vous trouverez les explications dans le texte ci-dessous.

Pour information, vous pouvez télécharger le bon de commande proposé pour le lancement, la semaine du 23 mars :

Si vous souhaitez avoir recours au Drive Paysan, envoyez un mail pour recevoir le bon de commande en cours à ateliergraines@gmail.com.


Bonjour à tous,

Merci d’avoir répondu présents à la proposition des producteurs paysans de vous donner encore le choix de votre alimentation, même en période de crise sanitaire.

Nous avons mis plusieurs jours (en réalité 2 jours, ce qui est très peu) pour discuter (par mail et téléphone) et se mettre d’accord entre producteurs, sur une formule saine pour tous , aussi bien d’un point de vu légal que sanitaire. Sure pour tous : à la fois pour nous (pas possible de faire des livraisons à domicile, trop de risque) et à la fois pour vous (pas de regroupement).

Après 2 nuits blanches et beaucoup de coups de fils,

VOICI LA FORMULE DE COMMANDE pendant le confinement :

– nous vous envoyons le bon de commande avec la liste des produits

– vous passez la commande avant lundi soir

– paiement par virement uniquement (pas de contact : pas d’espèce, pas de chèque, pas de CB)

– nous mettons en place le dispositif de préparation des paniers à la ferme, sans croisement de personnes (aucun contact entre producteurs)

– livraison d’un seul producteur (Alexandre Frattini) vendredi matin aux deux points de distributions partenaires (merci à eux) : un en centre historique de Valence (magasin alimentaire “Gramme et Kilogramme”), et un en bordure de Valence (“La Ferme des Volonteux” à Beaumont-les-Valence)

– un horaire de passage établi en amont effectif pour une seule personne par panier commandé. Merci de penser aux personnels de vente et de vous munir de toutes les protections nécessaires durant la période de confinement. Si jamais quelques minutes d’attente sont nécessaires pour des raisons de nombre de personne en magasin, merci d’être indulgent avec le personnel de vente.

Biensur, la formule sera beaucoup plus souple une fois la période de confinement passée. Toujours une livraison par semaine mais pas de nécessité d’établir un horaire précis, ni l’obligation de payer en virement bancaire uniquement.

Compte tenu de l’urgence et de la disponibilité des agriculteurs qui sont surtout dans les champs, nous aurons encore plus de produits la semaine suivante : vous aurez également la possibilité de commander des pommes, des jus de fruits, du pain, de la bière et des oeufs. Le maraichage étant un maraichage de saison, il arrivera en fonction du bon climat de nos montagnes.

COMMENT REMPLIR LE BON DE COMMANDE :

Les produits sont classés par producteur. Les prix sont affichés par quantité (ex : un pot de confiture 4,50€, une salade verte 1,50€, un sachet de farine 1,8€). Vous devez donc spécifier la quantité voulue dans la colonne “Quantité”.

> Pour les produits au poids :

par ex., pour 500gr, merci de remplir 0,5 dans la colonne “quantité” , le sous-total se calcule automatiquement.

> pour les produits où il y a un choix à réaliser :

merci de le préciser dans la colonne “au choix”.

1> Renvoyez votre bon de commande rempli par retour de mail à cette adresse, en nous précisant votre préférence de lieu de distribution.

2> Nous vérifions la concordance de la commande et vous envoyons la confirmation avec la facture où figurera le RIB pour virement bancaire.

3> Et nous vous envoyons un lien “Doodle” où vous pourrez vous inscrire pour votre ordre de passage (aucune nécessité de créer un compte pour s’inscrire).

Graines et cie

ateliergraines@gmail.com

Report AG Frapna suspension accueil

Report AG Frapna suspension accueil

Pour prendre en compte les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, le bureau de notre association, réuni ce lundi 16 mars, a décidé, qu’à partir de ce jour et jusqu’à nouvel ordre, toutes nos réunions physiques et permanences d’accueil seront suspendues. Si l’assemblée générale prévue ce vendredi 20 mars est évidemment reportée, nous continuerons à échanger par mails.

Notre bonheur d’être ensemble est suspendu, pour combien de temps ? Le confinement annoncé est le résultat de la crise sanitaire : il sera aussi le seul recours face à un accident industriel majeur. Notre organisation est éprouvée par la pandémie : elle sera aussi fragile face aux urgences écologiques non prises en compte. Alors, cette crise engagera-t-elle, enfin, le changement pour notre territoire?

La couverture des épines drômoises annonçait : « 2020, dernières élections pour un monde vivable et enviable ». Quels que soient les résultats des élections municipales, ce printemps devra provoquer « une transition rapide et de grande portée en matière d’énergies, d’usage des sols, de transports, bâtiment et systèmes industriels », un mouvement « sans précédent » car impliquant tous ces secteurs à la fois (citation extraite du rapport du GIEC d’octobre 2018).

Ensemble, nous aurons le courage de la solidarité et de la sobriété.

A très bientôt pour continuer.

Un courrier pour les municipales

Un courrier pour les municipales

Les prochaines élections municipales engagent notre avenir…

Vous êtes électrices/électeurs ? Interpelez vos candidates/candidats en vous inspirant du courrier ci-dessous et faites-nous copie de vos questions !

Vous êtes candidates/candidats ? Faites-nous connaître vos engagements !

Téléchargez le courrier ci-dessous :

Pour alimenter les débats avant les élections, notre lettre aux électeurs et aux candidats est à réutiliser et à diffuser sans modération.

En 2020, un projet de territoire doit être fondé sur la résilience : partage des connaissances, des décisions et des actions, adaptation et lutte contre le changement climatique.

Si nous voulons limiter les violences et les souffrances, nous devons développer tout de suite une organisation collective en appui sur la solidarité et la sobriété. L’électeur conscient devra sûrement rappeler quelques climatosceptiques à la réalité ; il devra surtout dénoncer des discours creux qui n’engagent aucun changement.

Par exemple : parlons de biodiversité, c’est une de nos compétences ! L’Observatoire National de la Biodiversité (ONB) nous indique, dans son dernier rapport, les différentes causes de l’effondrement de la biodiversité (http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/fr ) :
· Artificialisation des sols
· Surexploitation des ressources
· Changement climatique
· Espèces envahissantes.

Comme l’ONB est un établissement public piloté par le ministère de la Transition écologique, le rapport englobe l’agriculture intensive dans une cinquième rubrique concernant l’air, l’eau, les sols, la préservation de la nuit, les sédiments (devinez pourquoi).

C’est très vertueux de proposer quelques jardins partagés, des hôtels à insecte, quelques nichoirs et quelques nouveaux arbres en partenariat avec des associations reconnues pour leurs compétences faunistiques ou floristiques. Cerise sur le gâteau, proposons une nouvelle étude ou un inventaire !

Mettez tout cela dans une conférence de presse, sur quelques pancartes, dans une plaquette et le tour est joué ! Mais pendant ce temps, les zones d’activité, les routes, les supermarchés s’étendent. Le trafic routier augmente, l’air est pollué, le îlots de chaleur se multiplient, l’eau est gaspillée pour espérer un peu de fraîcheur, la consommation de pesticides augmente.

Ne nous laissons pas tromper par les mots : beaucoup parlent de transition écologique, mais ne souhaitent pas la mettre pas en œuvre. Exigeons des candidats une transition rapide et de grande portée en matière d’énergies, d’usage des sols, de transports, de bâtiments et systèmes industriels, un mouvement sans précédent car impliquant tous les secteurs à la fois. Cette exigence est extraite du rapport du GIEC de 2018 (résumé à l’intention des décideurs).

En 2050, ce sera trop tard. Parlons du mouvement qui va être mis en place ICI entre 2020 et 2026, avec des résultats effectifs…

Communiqué Préservons le parc des Trinitaires

Communiqué – Préservons le parc des Trinitaires

Une vente impossible

Alors que la mairie de Valence parle de démarche participative pour l’avenir du Parc des Trinitaires, alors que la neige de novembre a causé des dégâts importants sur la végétation, alors que l’accès du parc, suite aux intempéries, est toujours interdit au public, la démarche de privatisation d’une partie de cet espace public se poursuit pour permettre la vente de trois parcelles à des particuliers.

Frapna Drôme Nature Environnement réaffirme l’importance de cet espace de nature en ville et la nécessité de le préserver dans son intégralité à la disposition de la population. L’association et les citoyens mobilisés rappellent que le déclassement et la vente des parcelles, décidés en février par le conseil municipal, contrevient à l’intérêt général et n’est pas possible : un déclassement qui n’est pas accompagné d’une désaffectation effective ne permet pas de sortir le bien du domaine public.

Actuellement, le parc est un jardin public utilisé par les habitants de la ville et un jardin pédagogique est en activité sur les parcelles concernées. Ce jardin et son composteur de quartier, ont été entièrement conçus, animés et gérés par des bénévoles de Frapna Drôme Nature Environnement. Ouvert au public, ils ont été
largement partagés : animations régulières, travaux collectifs, fête de la courge, fête de la Nature, atelier naturopathie…

Une tentative de passage en force

Cependant, suite aux dégâts du 14 novembre, l’accès du parc a été interdit au public pour des raisons de sécurité : néanmoins, ce 9 janvier, la mairie a posé une barrière pour délimiter les parcelles qu’elle souhaite vendre. Lors de la réouverture, une partie de l’espace sera donc confisqué au public !

En 2019, une pétition a été lancée et a déjà réuni 17 400 signatures de citoyens opposés à cette vente : tous les électeurs valentinois apprécieront ces dernières informations et la tentative de passage en force de la municipalité.

Un recours juridique

Frapna Drome Nature Environnement souhaite engager un recours juridique devant le tribunal administratif contre la municipalité de Valence et appelle les citoyens à participer au financement de cette action. Avant la fin du mois de janvier, faites un don en ligne en utilisant la page de l’association sur Helloasso :
https://www.helloasso.com/associations/frapna-drome-nature-environnement/adhesions/
Vos « dons recours Valence » Parc des Trinitaires ne seront consacrés qu’à cette action. Vous pouvez aussi envoyer un chèque en précisant son objet. Avec vos coordonnées, vous serez informés de l’actualité.

Ne laissons pas une barrière imposer une désaffectation

Avec les canicules, face au dérèglement climatique, cet espace de nature en ville est indispensable à la population : il doit rester public, ouvert à tous.
Pour la pérennisation du Parc, Frapna Drôme Nature Environnement demande le classement des Trinitaires en espace naturel sensible sur sa totalité.

Frapna Drôme Nature Environnement
38 avenue de Verdun
26000 VALENCE
T. : 04 75 81 12 44
Mail : herisson@frapnadrome.org

Mise à jour du 10/02/20

Recours juridique en cours de construction contre la ville de Valence pour la préservation du parc public des Trinitaires.

Grâce à votre mobilisation, notre association va déposer un recours juridique contre la ville de Valence. Avec l’appui de la population, nous voulons réaffirmer que le parc des Trinitaires doit rester accessible au public dans sa totalité : nous refusons la poursuite du grignotage et la vente de nouvelles parcelles à des propriétaires voisins.

Notre appel à don se poursuit pour couvrir les frais générés par l’action.

Dernières élections pour un monde enviable

MUNICIPALES : RETROUSSONS NOS MANCHES !

Depuis 1980, Carbonbrief, site spécialisé dans les sciences du climat, informe que, sur notre région particulièrement touchée par le dérèglement climatique, la moyenne des températures s’est élevée déjà de 1.6° (carbonbrief.org). Selon notre capacité à agir, celle-ci pourrait dépasser les 2° entre 2030 et 2050. Le dernier rapport du GIEC indique qu’à partir d’une hausse de 1°, la plupart des hypothèses nécessaires à la vie humaine sur terre sont impactées. Au-delà de 2°, ces hypothèses risquent d’être compromises d’une manière irréversible.

Cette situation nous oblige à réfléchir : à notre survie, à nos envies, à notre bonheur.

Température, qualité de l’air, qualité et disponibilité de l’eau, état de la biodiversité, population, solidarité, habitat, transport, activité, énergie, commerce, agriculture : le projet de la commune est-il adapté aux urgences écologiques ? Sinon quel autre projet pourrait-on construire avec la population ?

Dans les épines drômoises, Frapna Drôme Nature Environnement rassemble des pistes pour engager nos villes et villages dans la transition écologique et construire ensemble un monde vivable et enviable.

Téléchargez les flyers ci-dessous et distribuez-les sur votre commune !