Communiqué – Frapna Drôme Nature Environnement dénonce le manque de transparence autour du dysfonctionnement de la centrale nucléaire du Tricastin

Le 6 novembre 2019, EDF déclare une fuite de tritium sous la centrale nucléaire du Tricastin à l’autorité de sûreté nucléaire (ASN). Les eaux souterraines sont contaminées pour des valeurs supérieures de plus de 2000 fois le niveau normal de Tritium constaté dans les nappes non-contaminées (information donnée par la CRIIRAD, commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité.)

Conformément à la loi relative à la Transparence et à la Sécurité Nucléaire, l’activité de chaque installation nucléaire de base est suivie par une commission locale d’information (CLI) : représentative des populations riveraines, les CLI rassemblent, des élus locaux, des associations environnementales, des délégués syndicaux, des experts et des représentants du monde économique. Les CLI permettent l’information du citoyen et doivent donc être informées dans les meilleurs délais de tout événement concernant l’installation nucléaire qui les concerne.

Pour le Tricastin, cette CLI se nomme la CLIGEET (commission locale d’information des grands équipements électriques du Tricastin). La fuite de tritium, classée événement significatif, a été signalée à la CLIGEET par EDF, le 22 janvier 2020, DEUX MOIS ET DEMI APRÈS SA DÉTECTION !

Pourquoi EDF et l’autorité nucléaire n’ont-ils pas respecté leurs obligations et informé immédiatement la CLIGEET et les citoyens ?

Au moment où la centrale du Tricastin doit subir des travaux de rénovation pour envisager la prolongation de son fonctionnement au-delà de 40 ans, cet événement confirme l’incapacité d’EDF à poursuivre l’exploitation en sécurité. Cherche-t-on encore une fois à dissimuler cette réalité ? Le manque de transparence renforce l’inquiétude de tous les voisins de l’équipement et bien au-delà… Il s’agit de sécurité mais aussi de démocratie : les informations doivent être disponibles pour permettre aux citoyens de choisir leur avenir.

Et le débat doit être ouvert : Frapna Drôme Nature Environnement et une partie croissante de la population demandent que la centrale du Tricastin soit arrêtée. Les 100 milliards d’euros nécessaires au rajeunissement impossible du parc nucléaire français dangereux doivent être investis dans un programme d’économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables. Dans ce domaine, notre pays doit combler son retard pour préserver la qualité de vie de ses habitants.


Retrouvez ci-dessous un communiqué de la CRIIRAD ainsi que le communiqué d’EDF envoyé à la CLIGEET :


Suivez les boutons ci-dessous pour découvrir les autres actualités